UFOcenter
UFOcenter
Menu
PHILAE VA BIEN

PHILAE VA BIEN

PHILAE VA BIEN

Attention ! Ne croyez pas tout ce qui est écrit !


Regardez la vidéo ci-dessous, Philippe Gaudon nous explique tout ce qu’a fait Philae depuis son atterrissage épique ce mercredi 12 novembre. Et il nous gratifie en plus d’une excellente nouvelle qui ressemble à un scoop à partir de 4’10’’.

La communication a de nouveau été établie cette nuit entre Philae et Rosetta et les dernières données scientifiques ont afflué. Avant de tomber en hibernation, le robot a aussi été déplacé avec succès.

Une fenêtre de communication s'était ouverte depuis 22 H 30 environ, vendredi 14 novembre 2014, entre la sonde Rosetta et le module scientifique Philae. Mais celui-ci demeurant silencieux, on craignait le pire : une panne de batterie.

Durant l'interminable attente, l'ESA a par ailleurs indiqué qu'elle allait tenter une périlleuse manœuvre : faire effectuer une rotation à Philae pour tenter d'améliorer quelque peu son exposition au soleil.

Manœuvre dont on apprenait le succès quelques minutes plus tard !

Ce petit robot est un dur à cuire. Coincé à l'ombre d'un rocher sur la comète «Choury», avec des batteries quasiment vides, Philae a pu envoyer des données vers la Terre, vendredi soir. «On a tout reçu».

Tout s'est déroulé exactement comme prévu. On a même pu faire la rotation pour optimiser la réception de la lumière sur les panneaux solaires», a déclaré Jean-Pierre Bibring.

Avant de s'assoupir, Philae avait réussi à effectuer un forage de dernière minute.

Le forage, ultime et cruciale mission

L'opération de forage était la plus importante de la mission Rosetta, dont l'objectif est d'analyser les composantes de la comète, pour en savoir plus sur l'origine du système solaire, et, peut-être, de l'apparition de la vie sur Terre. Malgré les craintes que cette manoeuvre suscitait, le robot n'étant pas ancré dans le sol, l'Agence spatiale européenne avait décidé vendredi de tenter le coup.

«On a tout reçu. Tout s'est déroulé exactement comme prévu», a indiqué Jean-Pierre Bibring, responsable scientifique de l'atterrisseur. «On a terminé cette première phase absolument fabuleuse et rien ne ressemble à ce qu'on avait prévu». «On s'aperçoit que c'est de plus en plus différent que ce qu'on imaginait, c'est fantastique», a-t-il encore insisté, refusant d'en dévoiler plus.

«L'atterrisseur de Rosetta a achevé sa première mission scientifique après 57 heures sur la comète», a indiqué l'Agence spatiale européenne (ESA) dans un communiqué.«C'est un énorme succès. Toute l'équipe est ravie», a déclaré Stephan Ulamec, responsable de l'atterrisseur au DLR, l'agence spatiale allemande.