UFOcenter
UFOcenter
Menu
DES CREVETTES SUR EUROPE_JUPITER

DES CREVETTES SUR EUROPE_JUPITER

DES CREVETTES SUR EUROPE_JUPITER

[attachment=0]DES CREVETTES SUR EUROPE_JUPITER.jpg[/attachment]
http://www.nasa.gov/jpl/europas-stunning-surface/#.VHsONzQvBVf


La NASA vient de diffuser une nouvelle version du portrait d’Europe, l’un des quatre principaux satellites naturels de Jupiter, réalisé à partir d’images de la sonde américaine Galileo en 1995 et en 1998. Les couleurs sont pratiquement celles que nous verrions à l’œil nu si nous pouvions admirer ce corps céleste en nous rendant sur place.


Ce satellite d’une dimension plutôt modeste – 3 130 km de diamètre contre 3 476 km pour la Lune – circule en effet sur une orbite légèrement elliptique à près de 671 000 km de Jupiter.


L’épaisseur de la croûte serait inférieure à une dizaine de km et elle pourrait flotter, comme une banquise globale, sur un océan d’eau salé d’une centaine de km de profondeur.


L’interaction de l’eau liquide avec les minéraux du plancher océanique, ainsi que la chaleur surgissant du sous-sol pourraient avoir été les moteurs de l’apparition d’une vie aquatique complexe, comme cela s’est produit sur la Terre. Toutefois, à la grande différence de notre planète, l’océan d’Europe est encapsulé, fermé par une croûte à la manière d’un gigantesque aquarium, et chacun sait qu’il peut être très délicat de maintenir l’équilibre vital d’un aquarium sur une longue période.




La prochaine est d’ores et déjà programmée par l’ESA : JUICE, pour JUpiter ICy moons Explorer, sera lancée en 2022 et elle atteindra Jupiter en 2030. Elle se consacrera alors à l’observation d’Europe, de Ganymède et de Callisto. Elle ne déposera aucun module à la surface d’Europe ou de l’une de ses voisines, mais elle effectuera des survols très proches pour obtenir des images à haute résolution et, pourquoi pas, pour capter et analyser des matériaux projetés dans l’espace par des jets de vapeur d’eau du type de celui qui a été observé en décembre 2012. Si cette vapeur provient directement de l’océan souterrain, elle sera potentiellement chargée de matière biologique et il est plaisant de penser que l’Europe pourrait découvrir que la vie existe sur (sous) Europe !